Accueil | Agenda International | Nous écrire
SOMMET KANANASKIS SUMMIT
Juin 2002 Canada
La Ministre Whelan annonce l'Octroi de 53,3 millions de dollars pour Lutter contre le VIH/sida dans les Pays en Développement

Barcelone (Espagne) – Susan Whelan, ministre de la Coopération internationale, a annoncé aujourd'hui que le Canada, par l'intermédiaire de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), versera une contribution de 53,3 millions de dollars pour lutter contre le VIH/sida dans les pays en développement.

« Les programmes de l'ACDI donnent des résultats tangibles au chapitre de la lutte contre le VIH/sida, a déclaré la ministre Whelan. L'ACDI s'associe à des partenaires canadiens et internationaux pour améliorer l'éducation, la prévention, l'accès à des soins complets, le traitement et le soutien offerts, ainsi que la protection et la promotion des droits fondamentaux des personnes vivant avec le VIH/sida ou qui y sont vulnérables, ainsi que des personnes touchées. »

Le financement annoncé aujourd'hui servira à appuyer diverses initiatives visant à contrôler le VIH/sida et en prévenir la propagation, et à fournir des soins et un soutien aux personnes déjà infectées ou touchées qui vivent au Kenya, en Chine, au Pakistan, dans les Caraïbes et en Afrique australe. L'aide de l'ACDI contribuera à atteindre les objectifs suivants : renforcer la capacité de la Chine dans les domaines de la prévention du VIH/sida et des soins aux personnes vivant avec le VIH/sida; prévenir la propagation du VIH/sida au Kenya; réduire la transmission du VIH en Afrique australe et aider les communautés de cette région à soigner les personnes vivant avec le sida et à apporter un soutien à celles qui sont touchées; renforcer un réseau régional d'organismes en Afrique qui gèrent des programmes de formation, de prévention et de soins liés au VIH/sida; intégrer la nutrition aux efforts de contrôle et de prévention du VIH/sida dans les Caraïbes; élaborer des programmes et des politiques efficaces pour contrôler le VIH/sida au Pakistan et en prévenir la propagation.

« La lutte contre le VIH/sida fait partie intégrante des efforts de développement de l'ACDI, elle en est même un élément fondamental, a ajouté la ministre Whelan. Nous nous attaquons, dans le cadre de tous nos programmes, aux causes profondes de la pandémie, à savoir la pauvreté et l'inégalité. »

Le premier ministre Jean Chrétien, lors du Sommet du G8 qui a eu lieu récemment et dont le Canada était l'hôte, a rendu publiques les initiatives que le pays compte mettre de l'avant pour appuyer les efforts de développement de l'Afrique. L'une de ces initiatives vise à fournir 50 millions de dollars en vue de concevoir un vaccin contre le VIH en Afrique et de mener des recherches en santé portant sur le VIH/sida sur ce continent.

La ministre Whelan a fait cette annonce alors qu'elle participait à la XIVe Conférence internationale sur le sida, qui se déroule à Barcelone, en Espagne, du 7 au 12 juillet.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la fiche d'information jointe au communiqué, intitulée Le Canada lutte contre le VIH/sida partout dans le monde.

Le financement de cette initiative est prévu dans le budget fédéral de décembre 2001 et s'inscrit donc dans le cadre financier en place.

Le Canada lutte contre le VIH/sida
partout dans le Monde
Le financement annoncé aujourd'hui sera réparti de la façon suivante :
  • 31,5 millions de dollars sur cinq ans par l'intermédiaire de l'Association canadienne de santé publique (ACSP) afin d'aider les organisations partenaires à encourager un changement de comportement qui permettra de réduire la transmission du VIH, d'aider les communautés en Afrique australe à soigner les personnes vivant avec le sida et d'apporter un soutien à celles qui sont touchées. Il s'agit de la troisième phase du Projet de formation au sida en Afrique australe financé par l'ACDI. Les activités de ce projet, qui vise cinq pays (le Malawi, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe), sont mises en oeuvre principalement par l'entremise de trois mécanismes : un fonds pour le renforcement des capacités, qui permet de financer les initiatives des organisations communautaires; un programme de formation et de mentorat; et l'aide offerte par le personnel du projet aux partenaires dans les domaines de la conception et de la planification de projet, de l'analyse de la viabilité, de la mise en place de systèmes financiers, et du suivi et de l'évaluation des activités.
  • 7,8 millions de dollars sur cinq ans par l'intermédiaire de l'Université du Manitoba et de son partenaire, l'Université de Nairobi, afin de poursuivre leurs initiatives, amorcées en 1995, visant à freiner la propagation du VIH/sida au Kenya. Ce partenariat permettra de mobiliser les ressources du gouvernement du Kenya, des donateurs, du secteur privé et des organisations non gouvernementales (ONG) afin de promouvoir des programmes communautaires de prévention et de traitement du VIH dirigés par des pairs. Parmi les initiatives mises de l'avant figurent les suivantes : fournir des prêts aux travailleuses du sexe afin qu'elles créent leurs propres entreprises dans les domaines de la coiffure et de la vente de marchandises; poursuivre l'élaboration de nouveaux modèles médicaux pour le traitement des infections à VIH dans divers centres de soins de santé publics; élaborer des programmes internes de formation au VIH à l'intention du secteur privé, des ONG et des organisations communautaires afin de favoriser la sensibilisation au sida et la prévention; aider l'Université de Nairobi à créer un Centre de prévention du VIH afin de former les intervenants kényans et d'améliorer les programmes existants de formation en santé et d'en créer de nouveaux.
  • 5 millions de dollars sur cinq ans pour mener des programmes sur le VIH/sida au Pakistan. Le consortium formé d'Agriteam Canada Ltd., de l'Université du Manitoba et de Proaction : Partners for Community Health, Inc. a été invité à concevoir un plan détaillé afin d'aider le personnel des programmes nationaux et provinciaux de lutte contre le sida au Pakistan à suivre de près l'épidémie de VIH/sida, à en cerner les tendances et à élaborer des politiques et des programmes efficaces permettant de contrôler et de prévenir la propagation. Des employés et des chercheurs au sein du gouvernement, d'organisations non gouvernementales et d'organisations communautaires seront formés afin de pouvoir gérer les études de comportement et de séro-surveillance de deuxième génération chez les groupes à risque élevé. On mettra sur pied un système d'information de gestion et un Centre national de ressources sur le VIH/sida afin de rendre l'information disponible aux décideurs, aux chercheurs et à d'autres intervenants.
  • 5 millions de dollars sur cinq ans par l'intermédiaire de l'Université du Manitoba, afin de transformer le Réseau régional de formation sur le sida (RRFS), situé à l'Université de Nairobi, en un réseau fonctionnel et conforme sur le plan juridique d'organisations africaines capables d'assurer la formation ou de gérer des programmes de prévention, de soins, de soutien et d'atténuation en matière d'ITS, de VIH et de sida, programmes qui soient de qualité et qui tiennent compte des sexospécificités. L'ACDI a appuyé le Réseau pour la première fois en 1997. La prorogation de cette initiative permettra à un groupe d'établissements de formation africains – du Kenya, du Zimbabwe, de la Tanzanie, de l'Afrique du Sud, de la Zambie, du Malawi et de l'Ouganda – de continuer de partager leur expertise et d'offrir des cours pratiques de formation de courte durée aux gestionnaires, aux surveillants et aux formateurs au sein des systèmes nationaux de soins de santé et d'autres organisations de soins de santé. La première phase de ce partenariat a permis d'offrir une soixantaine de séances de formation à plus de 800 personnes venant de 21 pays, dont 58 % étaient des femmes.
  • 2,2 millions de dollars sur deux ans par l'intermédiaire de l'ONUSIDA, afin de renforcer les capacités de la Chine en matière de prévention du VIH/sida et de soins aux personnes qui vivent avec la maladie. Cette initiative permettra de sensibiliser davantage les décideurs et les fonctionnaires chinois à la nécessité de changer les lois en matière de prévention et de traitement du VIH/sida; d'appuyer la création d'un site Web sur les aspects juridiques de la prévention et du traitement du VIH/sida; de renforcer la planification stratégique dans six provinces; de créer un Centre national de ressources sur le VIH/sida; de renforcer les capacités des ONG oeuvrant dans le domaine; de sensibiliser davantage les gens à l'utilisation du condom et d'adopter des méthodes de marketing social novatrices à l'échelle locale en faveur de la prévention et du traitement du VIH/sida; de renforcer les capacités des écoles de médecine en matière d'éducation, de prévention et de traitement liés au VIH/sida.
  • 1,8 million de dollars sur quatre ans par l'intermédiaire de l'Institut des Caraïbes pour l'alimentation et la nutrition (CFNI) et de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), afin d'intégrer la nutrition dans les programmes de prévention et de contrôle du VIH/sida – une méthode durable et peu coûteuse permettant d'accroître la durée et la qualité de vie des personnes qui vivent avec le VIH/sida et de réduire la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Le CFNI et l'OPS travailleront dans 18 pays et territoires indépendants des Caraïbes, où ils concevront du matériel didactique sur la nutrition et les saines habitudes alimentaires aux fins de la prévention et du traitement du VIH/sida chez les personnes qui vivent avec la maladie – y compris les nouveau-nés et les enfants – et les personnes qui en prennent soin, ainsi que les professionnels de la santé, dont les nutritionnistes et d'autres travailleurs de la santé. Cette initiative sera financée à hauteur de 20 millions de dollars par l'entremise d'un programme régional de l'ACDI, qui vise à appuyer la mise en oeuvre du Plan d'action stratégique régional des Caraïbes sur le VIH/sida.
Source : (2002-42) Le 8 juillet 2002 Communiqué de presse ACDI