ISA, Portail No1 d'Afrique, Portal No1 to Africa
SOMMET KANANASKIS SUMMIT
Juin 2002 Canada
Le Canada Favorise l'Établissement
de Nouveaux Partenariats avec l'Afrique

Le premier ministre Jean Chrétien a annoncé aujourd'hui plusieurs initiatives que prendra le Canada pour appuyer le développement de l'Afrique, notamment en ce qui concerne l'accroissement de l'accès aux marchés, du commerce, de l'investissement et des ressources nécessaires à la saine gestion publique, la prévention des conflits, l'éducation, la santé, la recherche agricole et la gestion de l'eau. Les annonces faites aujourd'hui représentent un engagement de 6 milliards de dollars sur cinq ans, en ressources actuelles ou nouvelles, en faveur du développement de l'Afrique, ce qui comprend aussi le Fonds canadien pour l'Afrique de 500 millions de dollars.

« Conformément au Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique et au Plan d'action du G8 pour l'Afrique, les efforts du Canada seront axés sur les pays qui manifestent un engagement sérieux à l'égard de la démocratie, de la saine gestion publique et des droits de la personne, a déclaré le premier ministre. Nous contrebalancerons les efforts déployés par les dirigeants africains par nos propres actions afin de favoriser l'innovation et de stimuler la croissance économique, de renforcer les institutions africaines qui encouragent la gouvernance responsable et d'améliorer le bien-être des générations futures d'Africains. »

Les nouvelles initiatives rassembleront des gouvernements, le secteur privé et la société civile en vue de promouvoir l'innovation africaine, le développement humain et les services essentiels d'infrastructure. Elles nécessiteront la participation du public et le renforcement des capacités afin de trouver des solutions africaines aux problèmes de l'Afrique. En voici quelques faits saillants :

Pour promouvoir la croissance économique :

    • ouverture des marchés canadiens aux importations africaines grâce à l'élimination des tarifs et des contingents sur la plupart des importations de 48 pays moins avancés (PMA), dont 34 pays africains à compter du 1er janvier 2003;

    • contribution de 100 millions de dollars pour favoriser l'investissement du secteur privé grâce à la création d'un fonds d'investissement africain, qui ira chercher des ressources dans le secteur privé pour des projets d'investissement portant notamment sur l'infrastructure, comme les chemins, l'approvisionnement en eau et la construction de pipelines;

    • investissement de 20 millions de dollars dans trois initiatives qui chercheront à accroître la capacité commerciale de l'Afrique en faisant la promotion des exportations à l'intérieur et à l'extérieur du pays et en favorisant la participation des institutions et des pays africains aux négociations commerciales multilatérales;

    • organisation d'une mission commerciale en Afrique subsaharienne au cours de la prochaine année en vue d'établir des partenariats entre des entreprises africaines et des entreprises canadiennes;

    • versement de 35 millions de dollars à trois initiatives ayant pour but de combler le fossé numérique, en appuyant des projets africains qui élargiront l'utilisation et les retombées des nouvelles technologies de l'information et des communications.

Pour renforcer les institutions et la gouvernance :

    • versement de 28 millions de dollars à l'appui du perfectionnement des compétences et du savoir-faire dans le secteur public des pays déterminés à améliorer la gouvernance, y compris la responsabilité comptable et la politique économique;

    • contribution de 9 millions de dollars en vue d'accroître le rôle du régime parlementaire dans les pays attachés à la réforme politique, y compris à la surveillance parlementaire et à une plus grande participation des femmes au sein du gouvernement. Ces efforts seront complétés par la participation active des parlementaires africains et canadiens;

    • contribution de 6 millions de dollars en vue de l'amélioration de la gestion locale, grâce à une collaboration avec des partenaires africains visant à élaborer de nouvelles façons de répondre aux besoins de base la communauté, comme l'accès à l'eau, l'assainissement et la santé;

    • investissement de 3 millions de dollars pour continuer à appuyer les activités de sensibilisation du NEPAD qui permettent de conscientiser les gens en Afrique et de promouvoir un dialogue public sur le NEPAD;

    • contribution de 4 millions de dollars pour renforcer les mécanismes de prévention et de réglement des conflits partout en Afrique, en aidant la nouvelle Union africaine (anciennement l'Organisation de l'unité africaine) à accroître ses liens avec les organisations infrarégionales qui élaborent et mettent en œuvre des programmes pour la paix et pour la sécurité;

    • versement de 15 millions de dollars en vue du renforcement de la sécurité régionale, par la mise en œuvre de mesures ciblées en Afrique occidentale visant à bâtir des communautés plus sûres;

Pour investir dans le capital humain et l'avenir de l'Afrique :

    • promesse de doubler l'investissement du Canada dans l'enseignement de base en Afrique; investissement qui atteindra 100 millions de dollars par an d'ici 2005 (Cette initiative sera financée au moyen de ressources actuelles ou nouvelles qui viendront s'ajouter au Fonds canadien pour l'Afrique);

    • contribution de 50 millions de dollars destinée à la mise au point d'un vaccin contre le VIH en Afrique et à d'autres recherches en santé sur le VIH/sida menées dans ce pays;

    • versement de 50 millions de dollars pour appuyer l'éradication de la polio, en collaborant avec l'UNICEF et l'Organisation mondiale de la Santé et en défiant nos partenaires des secteurs public et privé de l'Initiative mondiale d'éradication de la polio d'éliminer cette maladie d'ici 2005;

    • promesse de doubler l'appui du Canada grâce à un investissement supplémentaire de 40 millions de dollars dans la recherche sur la productivité agricole de l'Afrique par l'intermédiaire du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale, qui concentrera ses efforts sur les besoins des petits exploitants agricoles et des productrices;

    • contribution de 50 millions de dollars pour améliorer la gestion de l'eau ainsi que l'accès à l'eau et à l'assainissement par l'entremise du Partenariat mondial pour l'eau;

    • investissement de 10 millions de dollars pour collaborer avec la Banque africaine de développement pour soutenir un mécanisme de préparation de projets, qui permettra d'élaborer des projets d'infrastructure financièrement viables dans les domaines de l'eau et de l'énergie;

    • jusqu'à 1,5 million de dollars sur trois ans pour appuyer le travail de collaboration avec Olympic Aid, organisation dirigée par des athlètes et visant à promouvoir un développement sain de l'enfant en Afrique, notamment au moyen du sport et des jeux pour les enfants et les jeunes, car elle part du principe que tous les enfants ont le droit de jouer.

Le Canada a à cœur de délier son aide et d'en accroître et améliorer l'efficacité. Il s'engage entre autres à :

    • doubler l'aide publique au développement d'ici la fin de la décennie grâce à une augmentation de 8 p. 100 par année, dont près de la moitié seront affectés à l'Afrique;

    • respecter ses obligations internationales à l'Organisation de coopération et de développement économiques de délier l'aide aux PMA. En ce qui concerne plus particulièrement l'Afrique, nous avons l'intention d'ouvrir des projets de développement précis à la soumission concurrentielle dans les PMA, donnant ainsi aux fournisseurs locaux retenus la possibilité de développer une expertise dans la réalisation de projets de développement;

    • veiller à ce que ses programmes de développement utilisent des approches plus efficaces, fondées sur les stratégies et les priorités des pays en développement, et le soutien bien coordonné des partenaires internationaux.

Un peu plus de 420 millions de dollars provenant du Fonds canadien pour l'Afrique seront alloués aux nouvelles initiatives annoncées aujourd'hui. Le financement de toutes ces initiatives est prévu dans le budget de décembre 2001, et donc établi dans le cadre financier actuel.


Source - Document du Sommet Kananaskis