Courriel
actualités
salons, colloques et conférences
J'aime l'Afrique
Soeur Félix de Gatineau
Au Malawi du 9 janvier 1946 au 30 novembre 1967
"L'Afrique, un merveilleux rêve en permanence"

Soeur Félix est née à Gracefield, au Canada, neuvième d'une famille de 17 enfants. Défendre les plus faibles a toujours été sa grande passion. Le risque ne lui fait pas peur, surtout quand elle venait en aide à un plus démuni. Vers l'âge de 4 ans et demi, elle fit son premier acte de bravoure en sauvant son petit frère de trois ans de la noyade. A l'âge de 7 ans, sa mère lui fit connaître Sainte thérèse enfant Jésus et depuis ce temps, elle l'adopta comme amie et confidente. C'est par les paroles de cette sainte qu'elle a su aimer les noirs sans en avoir jamais vus et développer cette passion de devenir missionnaire en Afrique. En 1938, durant la guerre, elle voulait s'y enroler pour aider les blessés. Sa mère refusa catégoriquement. Elle décida alors d'entrer en communauté pour réaliser son rêve de toujours, celui de missionnaire en Afrique.


Soeur Félix :
"L'Afrique,
un rêve permanent"
Le départ
Le 9 janvier 1946, soeur Félix quitte le Canada pour le Malawi, en Afrique. Il lui a fallu parcourir un long voyage pour se rendre au pays rêvé. En effet, elle voyagea par cargo depuis New York. Pendant 42 jours, elle n'a vu que le ciel et l'eau.
Arrivée au Malawi

Arrivée au Malawi, elle fut émerveillée par la beauté des montagnes qui semblaient accessibles en tendant les bras; il fallait cependant marcher un très long trajet pour y accéder. Soeur Félix devait ensuite prendre le train pour continuer son voyage.

Le voyage fut interrompu par la saison des pluies qui envahissait le chemin. Il lui fallu attendre plusieurs jours pour que les conditions des routes soient plus accessibles et malgré tout, elle continua sa route en camion.

De fil en aiguille, la maison des soeurs se transforma en orphelinat.

La bonté et la gentillesse de soeur Félix ont fait que les Malawis ont eu confiance en elle. Un jour, un jeune garçon amena sa petite soeur pour des soins auprès de soeur Félix. Le jeune frère n'est plus revenu la chercher; en réalité, les villageois ne voulaient plus de cet enfant en raison de la mauvaise réputation de sa mère décédée.

Voyant le bébé abandonné, soeur Félix, écrit à sa mère pour de l'aide financière qui lui permettra d'acheter du lait pour l'enfant. Elle reçut tous les ans, un montant de ses parents qui lui a permis de faire vivre et d'élever cette petite fille jusqu'à l'âge de 18 ans. Depuis cet épisode, les villageois venaient lui confier les nouveaux-nés qu'ils récupéraient dès l'âge de 2 ans et demi.

Ainsi, soeur Félix joua-t-elle, le rôle de mère; elle devait dormir avec plusieurs bébés dans sa chambre et leur donnait leur biberon la nuit. De fil en aiguille, la maison des soeurs se transforma en orphelinat.

Le gouvernement d'Angleterre récompense la Mission du Malawi.
Après 10 ans de travail pour l'éducation de ces jeunes filles, le gouvernement d'Angleterre récompensa la mission du Malawi. En effet, elle fut la mission la plus importante au niveau de l'éducation des femmes; les Malawis ont pu s'instruire correctement dans leur école qu'elles ont elles mêmes construites. Soeur Félix leur enseignait dans leur langue, la couture, l'histoire et la géographie puis l'anglais et le français.
Soeur Félix, mère d'orphelins, professeure, garde des malades, directeur d'école...

Les titres de mère d'orphelins, professeure et garde des malades ne sont pas seulement les responsabilités qu'elle devait accomplir dans cette mission. Elle fut également responsable de la construction de son école et devait veiller des nuits entières pour faire brûler des briques pour sa construction. Lors de l'ouverture de cette école, elle eut le rôle de directrice. De plus, soeur Félix fut nommée responsable des femmes auprès du tribunal Écclesiastique lors des annulations de mariage.

En 1962, soeur Félix revient au Canada pour des soins médicaux. Elle repart en Afrique et reçoit un montant d'argent du ministère pour mettre en valeur des terres cultivables. Ayant son diplome d'agriculture, elle apprit aux habitants la culture de différents légumes.

Le Premier Ministre du Malawi impressionné

Lors de la Fête de l'Indépendance, en 1964, soeur Félix offrit au Premier ministre, un panier de tous les légumes récoltés. Pour la récompenser du travail qu'elle a si bien accompli, il lui offrit une somme d'argent pour creuser un puits près de son école.

La mission dans ce village accomplie, elle le quitte pour une autre mission à 15 mille plus haut dans la brousse. Lors de son départ, les habitants reconnaissants, lui firent une grande fête pour la remercier des vies qu'elle a sauvées et de l'amour en abondance qu'elle a semé dans les coeurs.

La première image qui marqua soeur Félix à tout jamais, fut lors de son arrivée au Malawi, d'avoir vu des enfants courrir dans les champs accompagnés d'un vieil homme, canne à la main, vêtu d'une peau de léopard sur l'épaule. Cette scène lui confirma qu'elle avait fait le bon choix en venant en Afrique. Puisqu'elle n'avait jamais oublié, étant toute jeune, un rêve qui défilait les mêmes images et longtemps elle s'est demandée la signification de ce rêve étrange.

Retour au Canada
Soeur Félix se dévoua corps et âme à l'Afrique pendant 22 ans. Ayant des problèmes de santé, il était plus sage de quitter le pays, malgré elle. Toutefois, elle croyait que le bon Dieu lui offrirait autre chose sur sa route. Elle revient définitivement au Canada en décembre 1967, à l'âge de 46 ans.
L'hyme du Malawi : Mes souvenirs d'hier, d'aujourd'hui et de demain
A la fin de ce beau récit de vie, j'ai eu la chance et l'honneur d'entendre soeur Félix me chanter dans leur langue, l'hymne du Malawi. Elle m'expliqua que ce chant demande à Dieu de bénir les Malawis en maintenant la joie, la paix, et l'entraide tout en chassant de ses ennemis, la jalousie et la pauvreté et en faisant en sorte que les gens s'unissent entre eux pour la paix.
Soeur Félix et Simone, même personne, même générosité ...

De retour au Canada, après un repos bien mérité, soeur Félix quitte la communauté religieuse. Simone sera successivement au CLSC de Hull comme Auxilliaire familiale et enseignante à la Polyvalente de Hull. En 1970, elle était la responsable d'une maison d'accueil pour adolescents, adolescentes et délinquants, délinquantes. En 1971, à la Polyvalente Nicholas - Gatineau, elle y enseigne l'histoire, la géographie, la religion et la morale.

En 1986, Madame Simone Latourelle prend sa retraite mais toutefois, elle demeure aussi active en étant bénévole auprès des personnes agées.

Simone Latourelle unit son coeur à Roland St-Arnaud...sous le soleil

Par la suite, elle fit la connaissance d'un gentil homme, Monsieur Roland St-Arnaud. A l'âge de 67 ans, elle unit son coeur à cet homme sous le soleil de la Floride.

Aujourd'hui, Simone demeure une femme très dynamique et accueillante. Elle ne se dévoue plus à des centaines d'Africains ou à des étudiants mais bien à son mari qu'elle aime tendrement.

Simone : La beauté de la civilisation africaine est l'absence du racisme
Sa grande mission en Afrique lui a permis de partager et d'offrir son aide et surtout son coeur aux Africains. La beauté de cette civilisation fut pour cette dame, l'absence de racisme. Les blancs sont considérés comme des gens exceptionnels ayant un grand coeur. Quand ils avaient la chance d'obtenir une photo de ceux - ci, ils l'exposaient dans leur maison.
Simone Latourelle devait s'adapter et respecter ces moeurs sans les juger. Puisqu'elle faisait dorénavant parti de leur culture; elle devait comprendre leur vision de la vie.
Contacts avec les Africains
Sa grande fidélité envers ce qu'elle croit bon et important dans sa vie a permis à de nombreux Africains de garder contacts avec elle. Aujourd'hui, elle envoie et reçoit des lettres de ceux-ci. Physiquement au Canada, Simone lègue cependant, une partie de son coeur à ce beau pays, le Malawi qu'elle a tant aimé et continue d'aimer.
Vibrant appel aux jeunes
En observant les jeunes d'aujourd'hui, Simone veut leur dire qu'ils doivent eux aussi se trouver des rêves à réaliser et d'y tenir sans perdre espoir.
Le mariage à 67ans, quel amour?

Se dévouer pour les humains est toutefois différent que d'aimer une personne de coeur. Lors de son mariage à 67 ans, elle nous confie que la signification du mariage est différent au niveau des sentiments ressentis par rapport à un jeune couple débutant sa vie. A un âge avancé, la vie de chacun étant vécue en grande partie, c'est la notion de bien être et de sécurité qui prime dans cette union.

De plus, c'est de pardonner et de comprendre l'autre tout en lui assurant qu'on prendra soin de lui quoi qu'il arrive. Il est vrai qu'un jeune couple se jure les mêmes choses, mais ceux - ci sont moins conscients de l'importance que la sécurité représente à la vieillesse. Il est clair que pour Simone et Roland, la sexualité ne faisait pas parti de leur raison du mariage. Toutefois, Simone comprend très bien que pour les jeunes couples, l'acte sexuel est très important et c'est tout à fait normal, car Dieu l'a voulu ainsi pour la procréation de nos futures générations.

A ce jour, Simone dévoue tout son temps aux soins de son mari, malade. Elle lui a juré qu'elle prendra soin de lui quoi qu'il arrive. Roland croît beaucoup en Simone et reciproquement. Il sait qu'il peut compter sur elle; c'est pour lui une grande sécurité, car vieillir est un phénomène qui fait peur. Ainsi pouvons - nous très bien comprendre que la signification de l' "Amour" se transforme lorsque les gens avancent en âge.

Son grand coeur et sa foi en Dieu lui ont permis de faire tout pour les autres sans rien vouloir en retour

J'admire tout ce qu'elle a pu faire pour tous les Africains, tous les étudiants, étudiantes et les professeurs, professeures de son école mais surtout, tout ce qu'elle fait en ce moment pour mon cher grand - père.

Belle conclusion d'un témoignage relaté avec dextérité, attention, compréhension et talent par Isabelle Bouchard.

Malheureusement, le 2 octobre 2000, jour de la fête des Anges, l'ami de tous, notre Roland, mon ange, mon amour, mon mari, mon ami est parti pour un très long voyage en laissant dans mon coeur son doux visage et son souvenir. Que ton âme repose en paix, Roland!
Adresse :
Simone Latourelle
240, boul. de l'Hopital, Gatineau
Québec, Canada J8T 8J6
Cliquer pour envoyer un message de meilleurs souhaits

Posté le 9 février 2004

Souvenirs du Malawi
En bateau, en Afrique du Sud
1ère communion
Soeurs Félix, Carmen et Père Chamberlain
Miss Malawi (1964),
la fierté de la Mission
Les soeurs de Simone avec leur grand-père
Pour éminents sevices rendus,
le Président Kamusu Banda la reçoit en 1967
1986: Professeurs de l'enseignement religieux : Adieu Simone
Simone & Roland
26/6/2003, Joyeux Anniversaire (82 ans)

Copyright © 2006 Ahibo Inc. Tous droits réservés.