Courriel
actualités
salons, colloques et conférences
J'aime l'Afrique
Soeur Marie Éthel de Gatineau, au Congo depuis le 6 août 1963
"La force de l'Amour pour un pays & pour une communauté!"

Soeur Marie Éthel Desjardins des Soeurs de Sainte Marie en République Démocratique du Congo (RDC) au Congo depuis le 6 août 1963. Je suis originaire de Gatineau (Québec), de la paroisse Sainte Rose de Lima. Étant encore enfant, je sentais en moi un grand désir d'aller un jour en afrique - mais où et comment?
Je correspondais depuis l'âge de dix ans avec une missionnaire du Congo. J'admirais cette religieuse, son don était si vital, sa générosité si grande pour les enfants qui lui étaient confiés et surtout son amour et sa bonté pour les plus pauvres me fascinaient; Aussi, nous avions dans nos écoles du Québec, la "Sainte Enfance".
Nos religieuses savaient nous sensibiliser, nous faire découvrir nos frères et soeurs Africains. Elles étaient des femmes extraordinaires....


Soeur Marie :
"L'Afrique,
Un rêve d'enfant"
Noble sacrifice pour le minimum vital du lointain prochain
Personnellement, chaque semaine, je sacrifiais mon chocolat au lait que je devais prendre au dîner puisque je demeurais loin de l'école. Ces 25 cents par semaine allaient pour mes amies et amis Africains... jusqu'à ce que j'en arrive à cinq dollars. C'était beaucoup pour un enfant de ce temps là, en 2è et 3è primaire. Et ce fut ainsi chaque année...
Rêve d'enfant concrétisé
Étant déjà jeune religieuse, je me suis déjà préparée avec beaucoup de joie, à savoir que je pouvais réaliser le rêve de mes jeunes années. J'avais déjà été en contact avec plusieurs missionnaires si pleine de générosité et d'amour... que celà m'a aidé à aller de l'avant..."Avance en eau profonde, n'aie pas peur, ma grâce te suffit...".
La bénédiction des parents

Mes parents ont été merveilleux. Je leur doit beaucoup. Ils étaient pour moi des témoins d'amour et du don...Ils m'ont laissé partir, j'avais à peine 23 ans.

Ce fut le 26 juin 1963 que je quittai le Canada pour le Congo en passant par la Belgique pour y faire un stage.

Je pris donc contact avec une autre culture et aussi pour la première fois, j'ai cotoyé des soeurs Africaines en formation religieuse en Belgique.

Le départ

Le 6 août 1963, je quittai la Belgique pour le Congo Kinshasa.Ce fut en un premier temps une très agréable surprise...Kinshasa était une ville fantastique... Elle ressemblait à nos villes d'origine... Ce fut assez différent lorsque pénétrée à l'intérieur... c'est là que j'ai eu un choc culturel... Je fis face à une si grande différence.

Les Africains, un peuple accueillant, chaleureux et vaillant

Au Congo, j'y suis depuis 1963 en passant aussi par le Cameroun et le Rwanda. Ce que je peux dire de ce peuple, que c'est un peuple accueillant, chaleureux et vaillant. Un peuple qui m'a apporté beaucoup plus que personnellemt j'ai pu lui donner. c'est une belle expérience et une grande expérience que de vivre au coeur d'une autre culture et de l'aimer. C'est une grande merveille de Dieu parmi les hommes.
Appel pathétique aux leaders du G8
A l'heure actuelle, le peuple de l'Est du Congo a beaucoup souffert de la guerre...qui a fait de nombreux morts. Il faut dire que les riches de ce monde ont abandonné l'Afrique, mais pourquoi? Ils ont abandonné ce pays dans lequel nous oeuvrons comme missionnaires: le Congo Kinshasa.

Nous qui vivons dans le sud ouest, nous sommes aussi touchés par cette guerre. La population vit difficilement. Les enfants abandonnent les classes parce que les parents ne savent plus mettre les deux bouts ensemble puisqu'il n'y a pas d'aide. Le pauvre vole le plus pauvre. Ce sont les conséquences d'une nation meurtrie par la guerre. Et dire que les grands de ce monde restent sourds et presque indifférents.

Que dire des salaires des enseignants qui sont autour de quinze dollars par mois...? Pour survivre, les enseignants et autres doivent faire de très grands champs de maïs, de manioc, heureusement dans un sol fertile. Pouvons - nous laisser de côté ce continent Africain..., ce Congo où le sida conduit tant de personnes d'une manière bien prématurée à la mort...

Vous entendrez nos gens dire, nous avons nos pauvres...Il est vrai que nous avons des pauvres dans la société Canadienne...mais nos pauvres sont riches à côté des pauvres du Congo RDC...Il y a ici toute sortes d'organismes qui veillent sur eux, tandis que là-bas, ils sont laissés à eux mêmes. Pas d'organisme pour leur venir en aide.

Belge, Américaine, Camerounaise, Canadienne et Congolaise,
une équipe solidaire au coeur d'or
Nous sommes 13 religieuses à Fatundu, dans la province de Bandundu, au diocèse de Kenge. Nous sommes une communauté internationale à Fatundu : une Belge, une Américaine, une Camerounaise, une Canadienne et 9 Congolaises. Nous sommes à temps plein dans l'éducation des jeunes, depuis l'enseignement maternel, primaire et secondaire puis un centre social pour les jeunes qui n'ont pas eu la chance d'étudier. Nous leur donnons une formation de 3 ans avec option "coupe et couture". Nous essayons de donner le meilleur de nous mêmes par notre éducation auprès de ces enfants, élèves, étudiantes et étudiants afin qu'ils soient valables et solides...Que par notre vie, notre témoignage, nous soyons pour ce monde qui nous entoure et avec qui nous vivons un signe..., des "femmes d'espérance" pour qu'ils ne désespèrent pas.
Femmes, hommes de bonne volonté,
Chefs d'entreprise de tous pays, leaders du G8...
vous ne pouvez pas être indifférents à l'appel de la communauté internationale de Fatundu au Congo (RDC).
Un reçu d'impôt sera délivré aux donateurs Canadiens.
Que et comment faire? L'exemple de soeur Marie Éthel Desjardins:
"Personnellement, chaque semaine, je sacrifiais mon chocolat au lait que je devais prendre au dîner puisque je demeurais loin de l'école. Ces 25 cents par semaine allaient pour mes amies et amis Africains... jusqu'à ce que j'en arrive à cinq dollars. C'était beaucoup pour un enfant de ce temps là, en 2è et 3è primaire. Et ce fut ainsi chaque année...".
Nous ne pouvons remercier que de tout coeur ceux et celles qui nous aident par leur prière et ceux et celles qui nous aident par des dons car nous en avons grandement besoin pour continuer à faire vivre et fonctionner nos oeuvres, notre mission de Fatuadu en milieu très enclavé... Nous ne pouvons que vous remercier de tout coeur pour tout ce que vous faites et ferez pour nous aider à continuer...
"Ce que vous faites au plus petits qui sont mes frères nous dit Jésus, c'est à moi que vous le faites".
Adresse :
Soeur Marie Éthel Desjardins
Communauté Internationale de Fatundu, province de Bandundu, Diocèse de Kenge
BP 302 Linete Kinshasa, République Démocratique du Congo
Cliquer pour envoyer un message de soutien

Posté le 2 février 2004

A visiter :
Communauté Internationale de Fatundu, province de Bandundu, Diocèse de Kenge
Dans la Prière, la Paix et l'Épanouissement!

Copyright © 2006 Ahibo Inc. Tous droits réservés.